• IOTUNN Access all Worlds

    IOTUNN, ça vous parle ?
    Perso j'avoue ma totale ignorance jusqu'à ce que cette nuit je tombe sur une vidéo (visuellement pas plus accrocheuse que ça) mais leur son a éveillé mon intérêt.

     

    IOTUNN Access all Worlds

    IOTUNN est arrivé à terme officiellement en 2015 à Copenhague (Danemark) sur un embryon de groupe plus ou moins formé en 2009. Pendant ces six années, le groupe se cherchait musicalement, expérimentant diverses expressions musicales dont la colonne vertébrale restait le metal et en 2013/2014 le groupe trouve sa voie.
    Le fondateur du groupe, le guitariste Jesper Gräs, explique : "La recherche de nouvelles sphères musicales a été l'énergie principale de Iotunn au fil des ans. A un moment donné, un son est apparu soudainement et un nouveau type de liberté d'expression est apparu, qui nous a mis dans une situation créative totalement nouvelle. Tout s'est mis en place d'une manière qui dépasse les mots. Les sentiments, les humeurs, les scénarii naturels et les allégories sont depuis lors la base de notre façon de communiquer la créativité depuis lors".
    Dans le cadre de cette démarche artistique pour son frère Jens Nicolai, également guitariste, s'est posé la question de trouver un nom en adéquation : IOTUNN.

     

    En 2016 IOTUNN sort un EP qui reçoit un très bon accueil : The Wizard Falls.
    Mais l'édifice s'effondre quand de la formation originelle ne reste plus que les frères Gräs et le batteur Bjørn Wind Andersen. L'existence du groupe est remise en question quand en 2018 Jón Aldará quitte Hamferd pour les rejoindre. En 2019 la formation est au complet avec l'arrivée du bassiste Eskil Rask. 
    IOTUNN peut enfin se consacrer à la sortie d'un album.

    IOTUNN Access all Worlds (cover)C'est chose faite depuis ce 26 février avec Access all Worlds qui sort chez Metal Blade.

    C'est peu dire que le titre est bien choisi, tant en raison du concept de l'album que de son style ! Si on me demandait de le mettre dans une seule case, je serais bien emmerdée ! "Power death atmospheric" est le seul truc qui me vient à l'esprit !
    N'allez cependant pas croire que derrière cette étiquette se cache un album brouillon où s'empilent les styles en strates anarchiques. Bien au contraire !

    On sent que chaque morceau est parfaitement pensé, calibré pour restituer des atmosphères aussi aléatoires que les émotions.

    Voyage of the Garganey annonce la couleur avec une courte intro à la guitare classique pour enchaîner avec un growl à vous coller au mur et au moment où vous pensez que c'est la fin du monde, la voix de Jón Aldará change soudain de registre pour vous ramener à la vitesse subspatiale vers la mer de la tranquillité... pas pour longtemps ! Les guitares des frères Gräs vous rappellent rapidement que la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Et le voyage ne fait que commencer.

    Avecl le titre Access all Worlds j'entre en apesanteur pendant 00:11:36 car même si ce morceau est plus mid tempo que le précédent, les changements d'atmosphère s'enchaînent sans laisser de repos. La basse et les drums sont tout simplement infernaux et je pense à l'accroche du film Alien "Dans le vide, on ne t'entend pas crier". Quant à l'envolée de la guitare à 9 minutes, elle est aérienne avant un amarrage en douceur, juste avant de redériver dans l'espace avec Laihem's Golden Pits qui vous fait diaboliquement rebondir contre des débris de météores à la vitesse grand V. C'est le morceau le plus court de l'album mais aussi le plus rapide. Et là je n'ai qu'un mot : virtuosité.

    Le voyage dure plus de 60 minutes, sans une seule seconde d'ennui ni une seconde de répit non plus. IOTUNN vous entraîne dans une dérive spatiale et également onirique avec une maestria presque diabolique tant la maîtrise des instruments est impressionnante ! Les changements de styles, qu'on aurait pu craindre déstabilisants, se font d'une manière si logique qu'ils passent "inaperçus" si j'ose dire.
    En général les voix claires m'emmerdent et bien ici pas un instant le chant de Jòn Aldará ne m'a fait ressentir ça. Ce mec a un putain de talent !

    La production, commencée début 2020 aux Studios Fredman sous la houlette de Fredrik Nordström est à la hauteur des ambitions du groupe : énorme !

    Il faut un sacré talent pour sortir un premier album de cette qualité !

    Ma note : 19/20

          

     

     

     

     

     

    « Fernando Ribeiro (Moonspell) sur Loud TVGRASPOP 2021 - Annulé »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :